Psycho

Psycho V.O. st fr

Avec Anthony Perkins , Janet Leigh , Vera Miles , John Gavin
Réalisé par Alfred Hitchcock
Distribué par Shamley Productions
Durée 109 min
Genre Suspense / Horreur
Pays USA
Sortie 1960
Public EA
Psycho Psycho

Les images ainsi qu'une partie ou l'intégralité des textes sont la propriété des studios de films et ou des distributeurs.

Résumé

Employée dans une agence immobilière, Marion dérobe 40 000 dollars à son patron et s'enfuit de la ville. À la nuit, elle arrête son auto dans un motel peu engageant tenu par un jeune homme étrange, Norman Bates. Au-dessus du motel, s'élève une grande maison pseudo-gothique. --- Au-dela de l'épouvante et de l'horreur même, et malgré tout le fatras ouvertement gothique - maisons sinistres et délirantes, abondance de miroirs, terrifiantes nuits de folie et de meutre -, une mélancolie, une tristesse insidieuse envahissent inexorablement le film . C'est comme si les secrets les plus intimes s'étalaient soudainement sur les murs. Le motel Bates, lieu de mort, est aussi le lieu du dévoilement des âmes. Le plan ininterrompu de Norman qui monte l'escalier et redescend en portant sa «mère» a une fonction symbolique qui tient au fait que Norman se livre à un exorcisme. Redescendre «Maman» à la cave constitue un enterrement symbolique, annoncé par une abrupte fermeture en fondu qui coupe la voix de la mère à mi-phrase. Cette voix errante est maintenant sur le point de trouver le havre dont Freud dit qu'il lui est réservé quand le travail de deuil a été accompli, la personne en deuil ayant intégré la personne pleurée. Curieusement, juste avant de tourner cette scène de l'enterrement symbolique, Hitchcock avait filmé Norman dans la cellule où «Maman» parle en lui - une fin ironiquement freudienne pour cette comédie noire qui pave néanmoins la route à la rédemption de la «mère hitchcockienne» dans «The Birds» et dans la belle dernière scène de «Marnie».

Lire la suite
Donnez votre avis Donnez votre avis
Retour en haut de la page